Pavage du P’tit train du Nord entre Val-Morin et Ste-Agathe

Quelques précisions sur le projet de pavage d'un tronçon de 16 km entre Val-Morin et Ste-Agathe-des-Monts

Tout d'abord, il est important de savoir que le P’tit train du nord n’appartient pas à la Municipalité : c’est une infrastructure achetée au Canadian Pacifique par le gouvernement du Québec qui a signé un bail de location avec les MRC régionales, et dont la gestion appartient à l’OBNL de la Corporation du P’tit train du Nord. Avec l’ajout d’un lien direct avec Montréal, l’asphaltage et l’uniformisation des 234 km (151 km sont pavés) sont les deux principaux projets répondant à la mission d’accessibilité à des activités de loisirs et de transport de très haute qualité du P’tit train du Nord. Cette mission et les projets en découlant sont appuyés par les maires des 72 municipalités des 6 MRC régionales, qui représentent 483 814 personnes.

En plus des subventions octroyées via la Route Verte, chaque MRC finance sa section du sentier. Depuis 1996, les 20 municipalités de notre MRC des Laurentides, même celles sur lesquelles le sentier ne passe pas, paient (quotes-parts) pour l’entretien et la sécurité de ce sentier dans une vision d’accessibilité et de dynamisme territorial : nous, les vingt maires et mairesses, souhaitons que nos citoyens profitent au maximum de notre magnifique nature et nous voulons offrir les meilleures infrastructures pour que le plus de personnes possible, des plus jeunes aux plus âgées, sortent dehors et s’activent pour leur bien-être physique et mental. Conséquemment Val-David pait seulement une petite portion des coûts d’opération réels du P’tit train du Nord.

Pourquoi les Valdavidois ne furent-ils pas informés avant?

Dès 2019, le projet fut discuté quelquefois aux assemblées publiques et une rencontre d’information organisée par la MRC et planifiée dès novembre était prévue à la fin de l’hiver. Elle fut annulée dû à la COVID. De plus, le montage financier n’était pas du tout complété ce printemps et le projet de pavage ne devait pas pouvoir se faire en 2020 : ce n’est que récemment que les subventions pour le pavage furent accordées.

Rencontre d'information du 5 août 2020 

Une rencontre d’information a été organisée à Val-David le 5 août dernier pour répondre aux questions et aux préoccupations des citoyens qui utilisent abondamment cette infrastructure traversant le cœur du village. Même si seulement une quarantaine de citoyens pouvaient être présents dans la salle, une diffusion en direct de l’événement, avec la possibilité de soumettre par courriel des questions qui furent répondues suite à la présentation, a toutefois rendu l’événement accessible à tous. 

Cette présentation orchestrée par les responsables du projet de la MRC des Laurentides et de la Corporation du parc linéaire, animée par l’Institut des territoires et ponctuée des interventions du Conseil régional de l’environnement des Laurentides (CREL) et de Vélo Québec, avait pour objectif d'expliquer les raisons du projet de pavage et le processus décisionnel régional qui a mené à sa réalisation. Elle a permis de présenter en détail et avec de nombreuses références les arguments soutenant ce projet qui s’inscrit dans un plan global des 6 MRC de la région des Laurentides pour favoriser la mobilité durable, notamment en prolongeant l’utilisation estivale de la piste de 3 à 5 semaines par année.

Les principes et les bienfaits de la mobilité durable furent d’ailleurs exposés, notamment l’accessibilité pour tous et la diversification des modes de transport actif. Également, les intervenants ont pu démystifier certaines perceptions sur les options de revêtement et sur les enjeux environnementaux, démontrant ainsi les avantages de l’asphalte sur la criblure de pierre, un substrat recouvrant encore 83 km sur les 234 km de ce sentier interrégional et qui occasionne une importante érosion constante et endommage fortement les cours d’eau longeant la piste, dont la rivière du Nord.

Lors de cette rencontre, une pétition contenant un peu plus de 3 000 signatures a été remise à la mairesse de la municipalité, Mme Kathy Poulin, ainsi qu’au préfet de la MRC des Laurentides, M. Marc L’Heureux. Parmi ces signatures, 446 proviennent de citoyens du village de Val-David. On dénote que les autres signataires, non-résidents de la municipalité, proviennent soit des Laurentides, soit d’ailleurs au Québec ou même hors Québec.

Est-ce possible de demander un moratoire ou de faire une injonction?

Alors que les 19 autres maires sont en faveur du projet qui est également soutenu par les 5 autres MRC, des organismes environnementaux, différents paliers gouvernementaux et les députées de la région, ces démarches seraient non seulement coûteuses et inutiles, mais elles pourraient mettre en péril des aménagements importants prévus à Val-David pour mieux encadrer la sécurité des utilisateurs, dont une surlargeur et un sentier parallèle.

D’où provient le financement?

La majeure partie du financement pour le projet provient de programmes pour promouvoir la mobilité active, soit 1 627 000$ en subventions. Le budget couvre les 416 000$ pour faire des travaux de fondation nécessaires et urgents sur les 16 km entre Val-Morin et Ste-Agathe, dont 5,12 km à Val-David, que nous aurions éventuellement dû payer via notre quote-part à la MRC. L'asphaltage va aussi permettre de diminuer les coûts d'entretien qui étaient croissants étant donné les épisodes de gel-dégel, fortes pluies et inondations qui sont en augmentation et qui lessivent la criblure de pierre dans la rivière et les cours d'eau (non, des murets ne sont pas une solution réaliste).

L’asphalte n’est-il pas dommageable pour l’environnement? Existe-t-il des alternatives?

Au départ, un substrat alternatif était recherché, mais aucun ne fut trouvé. Même si cela semble illogique, l’asphalte est une alternative plus écologique que la criblure. La qualité du pavement sera supérieure à d’autres sections et plus durable étant donné l'important travail de fondation effectué.

L’ensemble des présentations ont permis de constater qu’un revêtement non stabilisé, comme la criblure de pierre, est plus dommageable pour l’environnement et les milieux naturels des Laurentides par la destruction de ses montagnes (dynamitage) et l’accumulation de sédiments dans les écosystèmes aquatiques.

Ilots de chaleur : Selon la cartographie des îlots de chaleur du gouvernement du Québec, il n’y aucun tronçon actuellement pavé du P’tit Train du Nord (de Boisbriand à Mont-Laurier: 150 km) qui est identifié comme étant un îlot de chaleur.

Gaz à effet de serre : selon une étude indépendante du Groupe Ageco sur le cycle de vie, le bilan carbone est identique pour le pavage et l’ajout de criblure de pierre. De plus, les gains de réductions de gaz à effet de serre seront encore plus notables si les résidents adoptent davantage les transports actifs pour leurs déplacements;

Risque accru d’inondation : Certaines inquiétudes ont été soulevées à cet égard en particulier pour le secteur du Lac Raymond. Un avis indépendant en ingénierie a été obtenu et confirme qu’ « En conclusion, le projet n’a pas d’impact notable sur le débit de ruissellement, autant à petite échelle (…) qu’à grande échelle.» Vous pouvez consulter l’avis technique intégral des ingénieurs, de l’entreprise FNX Innov (ici-bas).

Début des travaux

Rappelons que les travaux d’asphaltage s’étaleront sur une période de 8 semaines entre le 17 août et le 30 octobre. Visitez le site du P’tit train du Nord pour avoir les détails sur les fermetures ponctuelles et les détours occasionnés : https://ptittraindunord.com.

Documents